jeudi 10 août 2017

Patrick Bauwen: " Le jour du chien"




Editions Albin Michel
432 pages




4 ème de couveture



Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir.
Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi.

Djeen, je croyais l’avoir tuée. C’était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro.
Et voilà qu’elle me menace…
Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse.
Et ce jour-là signera l’apogée du mal.

Sur les traces d’un tueur psychopathe, dans un Paris souterrain plus hallucinant que l’Enfer, le nouveau thriller de Patrick Bauwen, un des maîtres du genre depuis L’Œil de Caine.



Mon avis



Après avoir lu " Monster", je me lance sur le dernier titre de Patrick Bauwen.

Christian Kovak est médecin aux urgences, il part à la dérive depuis qu'il a perdu sa femme, Djeen. Elle a été poussée sous le métro par un dangereux criminel.

C'est lors d'une soirée que la vie de Christian va basculer. Il est touché par balle à l'épaule par des agresseurs dans le métro. Voulant prendre la défense d'une femme, le voilà à l’hôpital avec une blessure à l’épaule. Mais l'affaire est surprenante car son agression a été filmée et sous un autre angle, il voit sa propre femme. Est-ce réel, est-ce une hallucination? N'est-il pas en état de choc?

Suite à cette vidéo, Christian veut retrouver son épouse en menant l'enquête. Après les avis élogieux des lecteurs et suite à la lecture du roman " Monster" que j'avais particulièrement aimé, j'ai continué ma découverte de l'auteur avec son dernier paru aux éditions Albin Michel intitulé " Le jour du chien".

mardi 8 août 2017

Denis Zott: " Interview"



Après l'excellent roman de " La chute du cafard", je voulais en savoir plus sur l'auteur. Voici une petite interview.


1/// Comment vous définiriez-vous ?

Elevé au bon air de la campagne alsacienne, entre champs d'asperges et de houblon, je me distingue à 18 ans en devenant le champion de ma classe d'âge, catégorie "mangeur de flamekueche", mon seul titre de gloire à ce jour. Après un bac scientifique rattrapé de justesse, d'hésitantes études de sciences politiques, puis de journalisme où mon physique peu télégénique me condamne à la presse écrite, je choisis de prendre le large, au grand dam de mes parents, pour découvrir la "France de l'intérieur". D'abord aux Sables d'Olonne, où je participe, moi qui ait horreur du bateau, à l'organisation du Vendée Globe et apprend à bouffer des moules et de la sole. Ensuite à Saint-Tropez, attiré par la cambrure de l'artillerie locale. Le temps d'un passage dans le Berry pour expier mes péchés tropéziens, je reviens comme la vague sur les bords de la Méditerranée, succombant une seconde fois aux irrésistibles sirènes...de Saint-Tropez. Depuis, à l'entame de la cinquantaine bedonnante, j’ai pris femme et enfant. Et mes parents m'attendent toujours...


2/// Comment vous est venue l’idée d’écrire ?

C'est une idée qui me poursuit depuis longtemps, précisément depuis mon entrée dans la vie professionnelle. De temps à autre, j'écrivais quelques nouvelles et il y a quinze ans durant une période de recherche d'emploi j'avais commis un premier roman écrit au fil de la plume. Il n'était donc pas structuré mais j'avais tenu la distance d'un roman.


3/// Quels sont vos auteurs préférés ?

Je suis tombé il y a une vingtaine d'années dans le côté obscur de la littérature, autrement dit le roman noir, le polar et le thriller, en lisant le phénoménal "Les racines du mal" de Maurice Dantec. Puis j'ai adoré "Les orpailleurs" et "Moloch" de Thierry Jonquet. Sinon, j'aime beaucoup Tim Willocks, RJ Ellory, Don Winslow...


4///Quel est le moment le plus propice pour écrire ?

Indiscutablement pour moi c'est le matin. Quand je travaille, j'écris entre 7 et 9, entre 12h30 et 14h et le samedi matin. En vacances, c'est encore le matin.


5/// Aimez-vous savoir si un lecteur apprécie ou non votre roman ?

Oui, c'est important et grâce à Facebook j'ai eu la chance d'avoir des dizaines et des dizaines de retour de lecture. Dans l'ensemble très positifs et très encourageants.


6/// Dans la chute du cafard, j'ai découvert les lieux bien décrits et une multitude de personnages bien campés. Combien de temps avez-vous mis pour l'écrire car j'ai senti votre implication qui est énorme faisant de ce roman une réussite?

Il m'a fallu deux ans et demi pour en venir à bout, dont neuf mois sur le scénario et plus d'un an de réécriture. La phase d'écriture après un énorme travail scénaristique a été somme toute assez rapide. Mais ensuite il a fallu encore un an jusqu'à ce que le livre soit sorti, le temps de trouver un éditeur et de retravailler le texte initial pour le raccourcir et le rendre plus percutant.


7/// Votre premier roman est pour moi une sacré découverte, vous avez mis la barre haute, votre prochain roman sera-t-il dans la même veine? Pourriez-vous m'en parler un peu plus sans dévoiler bien sûr l'intrigue?

Le second roman ne sera pas tout-à-fait dans la même veine, car après "La chute du cafard" qui m'a demandé un tel investissement il me fallait écrire quelque chose de différent. Le prochain sera plus court, encore plus rythmé, mais tout aussi noir, voir plus ! L'histoire se déroulera à Marseille entre le stade Vélodrome et l'hôpital de la Timone, mais pas que...


8/// Votre prochain titre sera-t-il édité dans la même maison d'édition?

Joker !


9/// Libre à vous de conclure cette interview Denis.

Eh bien, après les débuts encourageants de mon premier roman, j'espère avant tout progresser dans mon écriture, dans la façon d'aborder le roman et dans le but d'écrire des histoires les plus prenantes possibles. Progresser, persévérer et redoubler d'efforts.


lundi 7 août 2017

Daniel Cole: " Ragdoll"

Editions Robert Laffont
La Bête Noire
464 pages


4 ème de couverture



Un corps. Six victimes. Aucun fil rouge. Votre nom figure sur la liste du tueur. La date de votre mort aussi…
Pour une fois, fiez-vous aux apparences : déjà vendu dans 34 pays, Ragdoll est LE thriller de l’année!

« À vous couper le souffle. Si vous avez aimé “Seven”, vous adorerez ! » M.J. Arlidge, auteur du best-seller Am Stram Gram.

La police découvre un cadavre composé de six victimes démembrées, assemblées entre elles par des points de suture telle une marionnette, et que la presse va rebaptiser Ragdoll, la poupée de chiffon. L’inspecteur Fawkes, qui vient juste d’être réintégré à la Metropolitan Police de Londres, dirige l’enquête sur cette épouvantable affaire, aidé par son ancienne coéquipière, l’inspecteur Baxter. Le tueur nargue la police en diffusant via les médias une liste de six noms, et en précisant les dates auxquelles il compte les assassiner. Fawkes et Baxter réussiront-ils à sauver ces six personnes, quand le monde entier garde les yeux braqués sur chacun de leurs mouvements ?



Mon avis



"Ragdoll" de Daniel Cole plonge le lecteur dans une histoire glaçante;six victimes, des membres recomposés pour créer une poupée de chiffon (Ragdoll en anglais) et un compte à rebours menaçant d'exécuter des personnes sur une liste... Un casse-tête qui met en ébullition la Metropolitan Police de Londres.

Pour moi aussi, c'était un casse-tête. Mais je m'y suis attelée avec délectation. Bien sûr les histoires s’entremêlent et il faut se concentrer pour ne pas perdre le fil. L’auteur d’ailleurs reprend intelligemment les éléments de l’intrigue avec des rappels afin de ne pas rendre l’ensemble trop difficile à suivre. Mais comme de nombreux polars, il est normal d’être vigilant, cela fait partie de l’attrait de ce genre littéraire. Donc, je peux affirmer que Daniel Cole s’en sort haut la main dans cet exercice mêlant plusieurs intrigues. Sans compter l’histoire personnelle des héros qui s’ajoute à l’enquête !

Justement, avant l’investigation, c’est la truculence des personnages qui m’a vraiment attirée. L’inspecteur « Wolf » est sexy à souhait tout en étant très sombre dès les premiers paragraphes. Sa coéquipière Emilie Baxter n’est pas en reste avec son caractère bien trempé et ses réparties politiquement incorrectes. Un travail sur les protagonistes qui donne une richesse supplémentaire non négligeable au récit ; les « seconds rôles » étant bien mis en valeur également.

lundi 31 juillet 2017

Denis Zott: " La chute du cafard"


Geste Editions
600 pages



4 ème de couverture


Le Mendiant l’avait prévenu à son arrivée dans le Berry où il venait d’être muté. « Fais gaffe à ne pas rester trop longtemps, mon pote ! Et fais gaffe aussi aux jeunes ! Ici ils s’emmerdent. Mortellement... »

Lorsque, en pleine période électorale, « Celui qui regarde à travers les murs » vole une photo dans une banque d’images ultrasécurisée et l’expédie par mail aux élèves du collège Colbert à Châteauroux avec le message « Vous la reconnaissez ? », c’est une bombe qui tombe sur la ville.

En découvrant la photo, Anita, « le cafard », veut disparaître de la surface de la Terre, mais non sans faire payer les responsables de son humiliation. Elle les entraînera tous dans sa chute. L’effet domino sera dévastateur. Et gare aux dommages collatéraux.

Le commandant Yann Lespoir, qui mène l’enquête, ne sera pas épargné. Le Mendiant l’avait prévenu.



Mon avis


Je me lance dans " La chute du cafard", c'est un énorme pavé, 600 pages. J'espère qu'il sera à la hauteur de mes attentes et qu'il m'emmènera loin!

Certes le début est lent, le temps que l'auteur aborde et nous brosse les personnages, j'ai fait connaissance des lieux et de l'ambiance.

Une fois arrivé à la page 100, l'intrigue commence à prendre de l'ampleur. Une jeune adolescente s'est défenestrée d'un appartement du 3 ème étage. L'action se passe dans le Berry, près de Châteauroux. Divers cambriolages sévissent dans la région et les gendarmes vont devoir mener l'enquête.
S'ensuivent d'autres faits qui vont faire intervenir une fois de plus les gendarmes mais aussi la SRPJ d' Orléans et de la commissaire divisionnaire Jézabel Declercq. Certaines tensions subsistent entre coéquipiers...

" - Quelle merde! Des enfants prisonniers, contraints au vol et à la cambriole. Des adultes dont on n'est pas capable de déterminer le rôle exact: victime ou geôlier, ou les deux? Notre affaire dépasse de loin l'organisation de cambriolages en série et de recel. "

vendredi 28 juillet 2017

Jean-Marc Dhainaut: " La Maison bleu horizon"


Taurnada Editions
260 pages
Collection L'ombre des mots



4 ème de couverture


Janvier 1985. Tout commence par un message laissé sur le répondeur d'Alan Lambin, enquêteur spécialiste en phénomènes de hantises. Une maison, dans un village de la Somme, semble hantée par un esprit qui effraie la famille qui y vit. En quittant sa chère Bretagne, Alan ignore encore l'enquête bouleversante qui l'attend et les cauchemars qui vont le projeter au cœur des tranchées de 1915. Bloqué par une tempête de neige, sous le regard perçant d'un étrange corbeau, Alan réussira-t-il à libérer cette maison de ce qui la tourmente ?



Mon avis


La famille Anneraux est installée depuis six mois dans une maison de maître du 19 ème siècle nommée le château. L'histoire débute en 1985 lorsque Hélène Anneraux tente de joindre par téléphone Alan Lambin. Ce dernier prend connaissance du message laissé sur le répondeur et rappelle aussitôt Hélène. Cet homme surnommé " Chasseur de fantômes" se rend dans cette demeure soit disant réputée pour être hantée à Villers-Bretonneux, dans le village de la Somme.

Depuis le départ du mari d' Hélène, Jean-Pierre, les deux enfants, Thomas et Peggy, ont peur et Mélanie, la domestique de la maison ne se sent pas à l'aise; cette maison subit d'étranges apparitions et phénomènes de hantise. Alors, Alan Lambin, spécialiste de ces phénomènes, va devoir élucider et comprendre ce qui déclenche la terreur au sein de ce foyer. La vision d'un homme ou l'apparition d'une femme squelettique ne fait qu’accroître la peur du jeune enfant. Certains bruits et objets déplacés vont aussitôt mettre en action notre chasseur de fantômes.

" Elle sentait bien que quelque chose n'était plus normal dans sa maison. Et plus particulièrement cette nuit du 3 au 4 janvier, lorsqu'une fois sur le palier, elle entendit des pas derrière elle. En se retournant, elle vit la porte de la chambre de Thomas se refermer brutalement. "

L'enquête va s'avérer très complexe et prendre des tournures dangereuses voire hallucinantes...

" La Maison bleu horizon" est certes un roman fantastique mais pas que... Au fur et à mesure de l'histoire, des rebondissements vont déclencher d'autres pistes. Ainsi l'intrigue efface petit-à-petit le côté fantastique du roman pour ainsi laisser place aux émotions et à une toute autre Histoire.

jeudi 27 juillet 2017

Marie-Alix Thomelin: Fight Girls 1 " Tokyo's tournament"

Editions l'Atelier Mosesu
260 pages


4 ème de couverture


Le MMA, cela vous dit quelque chose ?

Mixed Martial Arts, autrefois le free-fight, un sport de combat complet, où presque tous les coups sont permis…
Que viennent faire Shayma et Jess à Tokyo ?
Qu’est-ce qui peut bien pousser de si jolies jeunes femmes à se risquer à ce sport ?
Règle N°1 : La participation au tournoi est strictement confidentielle.
Règle N°2 : les autres participantes sont tes ennemies.
Il y a encore 3 autres règles à respecter, seules des Dirty Girls peuvent se risquer à ce challenge.

Mais que cache véritablement ce tournois ?


Mon avis


"Fight girls" de Marie-Alix Thomelin met en scène deux filles spécialistes en MMA, mixed martial arts. Elles se retrouvent impliquées dans une aventure très risquée alors qu'elles ne pensent que participer à un tournoi de MMA.
Ce roman est très passionnant, facile à lire et fut pour moi une belle surprise!

Le style est direct. L'auteure ne perd pas de temps, tout va très vite. J'ai plongé tout de suite dans l'action qui est omniprésente du début à la fin.

"Elle parvient à la plaquer contre la grille de la cage et se sert de son corps comme levier pour la jeter à terre. Puis elle s'assoit sur elle, coince ses bras et ses épaules sous ses cuisses et la roue de coups au visage. "

samedi 22 juillet 2017

Linda Huber: " Une mer si froide"


Editions Presse de la Cité
368 pages


4 ème de couverture



Juste un moment d'inattention...

Un jour de fin d'été, sur une plage des Cornouailles, Olivia, trois ans, disparaît. Effondrés, ses parents Maggie et Colin attendent en vain que l'Océan leur restitue le corps de l'enfant.

Quelques semaines plus tard, non loin de là, c'est la rentrée des classes pour Hailey, cinq ans. Jennifer s'en fait une fierté mais depuis quelque temps, sa petite fille est distante et craintive, si bien que Jennifer se laisse parfois déborder par la nervosité. D'autant que son mari est absent, qu'elle affronte seule une nouvelle grossesse, et que certaines bribes de son passé lui reviennent comme enveloppées de brouillard.

Alors que Maggie traverse la pire épreuve de sa vie, Jennifer veut redonner l'apparence du bonheur à sa famille fracassée. Intriguée par la fillette mutique, Katie, une jeune

institutrice passionnée par son métier, pousse Hailey à mettre des mots sur les démons qui l'étouffent...


Construite comme un thriller, rythmée par l'implacable mécanique du suspense, une poignante histoire de deuil, de maternité, et de résilience.


Mon avis


" Une mer si froide" est un roman psychologique émouvant et très fort. Il présente deux tableaux féminins dont la vie a basculé par la perte d'un enfant. Comment faire face à un tel événement? La douleur, la folie et la culpabilité sont au cœur de ce récit. Sombreriez-vous dans la fureur ou au contraire vous remettriez-vous en cause lors d'une telle situation?

Dans " Une mer si froide", dès les premières pages j'ai ressenti de la crainte, de l’inquiétude et de la tristesse.

"Depuis le seuil, Maggie observait fixement la chambre d’Olivia. Elle était minuscule, comme toutes les pièces du cottage, mais, contrairement aux autres, figée. Jouets et jeux… tout ici était immobile depuis une semaine maintenant. Poupons et Barbie se côtoyaient sur l’étagère, un assortiment de peluches étaient éparpillées sur le lit, et Vieux Nounours, le doudou d’Olivia, était assis sur une chaise en bois à côté de la fenêtre.
Maggie entendait la mer cogner contre la falaise. "

mardi 18 juillet 2017

Franck Thilliez: l' avis de Yannick Dubart sur " Sharko"


Editions Fleuvenoir
576 pages

J'ai le plaisir de vous faire part du ressenti de Yannick Dubart concernant le dernier roman de Franck Thilliez intitulé " Sharko".

4 ème de couverture


« Sharko comparait toujours les premiers jours d’une enquête à une partie de chasse.

Ils étaient la meute de chiens stimulés par les cors, qui s’élancent à la poursuite du gibier.
À la différence près que, cette fois, le gibier, c’était eux. »


Eux, c’est Lucie Henebelle et Franck Sharko, flics aux 36 quai des Orfèvres, unis à la ville comme à la scène, parents de deux petits garçons.

Lucie n’a pas eu le choix : en dehors de toute procédure légale, dans une cave perdue en banlieue sud de Paris, elle a tué un homme. Que Franck ignore pourquoi elle se trouvait là à ce moment précis importe peu : pour protéger Lucie, il a maquillé la scène de crime. Une scène désormais digne d’être confiée au 36, car l’homme abattu n’avait semble-t-il rien d’un citoyen ordinaire et il a fallu lui inventer une mort à sa mesure.

Lucie, Franck et leur équipe vont donc récupérer l’enquête et s’enfoncer dans les brumes de plus en plus épaisses de la noirceur humaine. Cette enquête autour du meurtre qu’à deux ils ont commis pourrait bien sonner le glas de leur intégrité, de leur équilibre, et souffler comme un château de cartes le fragile édifice qu’ils s’étaient efforcés de bâtir.

L'avis de Yannick Dubart


J'ai lu la plupart des romans de Franck Thilliez. J'y reviens souvent surtout quand il met en scène ses deux héros Franck Sharko et Lucie Henebelle.

Cette fois je me suis attelée à "Sharko". Ces deux flics vont se retrouver dans la peau de ces criminels qu'ils ont tant pourchassés et détestés. Une histoire dans l’histoire va donc mener vers des secrets et des méandres fallacieux.
Que dire sinon que c'est magistral et original. Ce romancier a encore su se renouveler. Nous nous plongeons dans l'histoire avec les mêmes personnages, les collègues du couple et leur famille. Nous suivons ses héros "habituels" car nous y sommes très attachés et donc prenons en pleine face leurs problèmes, leur tragédie.
Ce perfide Thilliez parvient à nous faire ressentir les tourments des deux policiers comme si nous vivions à leur côté. Nous avons peur pour eux, nous redoutons qu'ils se fassent découvrir. Nous avons la crainte de chuter en même temps qu'eux.

Le style est toujours présent, estampillé Franck Thilliez. Jamais aucune faiblesse de ce côté-là non plus ! Pas de faute de goût dans ces paragraphes qui s'enchaînent intelligemment. Les mots sont choisis pour mettre le lecteur sous pression, les phrases sont cinglantes.

« Déguisés façon Playmobil, ils s’engagèrent dans des couloirs. Ouvertures de portes, sas, la fraîcheur qui tabasse le visage comme une giclée de glaçons. »

lundi 17 juillet 2017

Amélie De Lima: " Interview"





J'ai le plaisir de partager avec vous, lecteurs, une interview pour mieux connaitre l'auteure Amélie De Lima.
Après avoir lu son premier roman Le silence des aveux auto-édité, j'ai voulu en savoir un peu plus sur cette auteure.

1- Comment te définirais-tu ?

Solitaire et mondaine à la fois.


2- Comment t'est venue l’idée d’écrire ?

J’ai toujours été une personne assez réservée, dans ma bulle. J’ai donc toujours écrit, depuis mes 10 ans environ. J’ai d’ailleurs un énorme cahier où j’ai écrit une tonne de nouvelles fantastiques et policières durant mon adolescence. C’est ma petite sœur Victoria qui l’a soigneusement gardé. Ensuite, j’ai écrit une mini pièce de théâtre vers 14 ans et bien d’autres choses…J’ai eu ma période où j’étais complètement fascinée par les contes russes et puis j’ai commencé à écrire dans un blog…Les nouvelles fonctionnaient assez bien, puis je me suis mise à écrire ce qu’est devenu Le silence des aveux aujourd’hui.


3- Quels sont tes auteurs préférés ?

Mes auteurs préférés sont Herman Hesse, Baudelaire, Zweig et Zola pour les classiques. Dolores Redondo, Pierre Lemaitre, Gillian Flynn et Michel Quint pour les plus modernes.


4- Quel est ton film préféré ?

Mon film préféré…C’est difficile…Un qui m’a particulièrement frappé par son esthétique parfaite, Nocturnal Animals, sinon deux classiques, Hiroshima mon amour et Portier de nuit.


5- Dans Le silence des aveux, pourquoi avoir choisi la ville de Lille?

Je suis originaire de Lille, mes racines sont lilloises même si je vis depuis quelques années à l’étranger.


6- Les personnages sont très bien dépeints mais l'ambiance n'est que peu retranscrite; Pourquoi avoir plus ciblé sur ces derniers plutôt que le décor?

J’ai toujours été très attachée et fascinée par la nature humaine, la psychologie, les failles, les traumatismes de l’enfance. Je n’ai fait que suivre mon instinct, c’est ce que j’avais envie d’écrire à ce moment-là. 


7- Quel est le moment le plus propice pour écrire ?

Le soir. J’adore écrire le soir, dans le noir, avec une musique de fond. Piano généralement.


8- Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?

Les voyages. J’ai beaucoup voyagé et vécu dans différents pays. Le théâtre, le ciné d’art et d’essai et la mode.


9- Prépares-tu déjà ton prochain roman, sera-t-il également en auto-édité ? 

Oui, il est en cours. Grâce à tous les conseils que j’ai eu la chance de recevoir de la part des lecteurs, il sera plus focalisé sur l’enquête, sans oublier la partie psychologique bien sûr. Certains personnages du premier roman réapparaîtront dans le second qui se déroulera entre Lille et la frontière Belge. Pour le moment, je pense qu’il sera auto-édité.


10- Libre à toi de conclure cette interview.

Et bien, je voulais remercier toutes celles et ceux qui m’ont fait confiance en lisant mon premier roman. Je sais qu’il est loin d’être parfait, mais je l’ai écrit sans aucune prétention. J’ai maintenant plus de rodage concernant les différentes étapes dans la publication d’un roman et surtout, j’ai eu la chance de recevoir beaucoup de tuyaux que j’utiliserai dans le prochain roman. Par exemple, les correcteurs bénévoles dont je ne connaissais absolument pas l’existence et qui font un travail merveilleux. Donc, un grand merci aux groupes FB de partages et d’entraides, qui nous permettent d’avancer, de progresser et de continuer à rêver en écrivant…



vendredi 14 juillet 2017

Amélie de Lima: " Le silence des aveux"


Auto-édités
437 pages


4 ème de couverture



Lille, novembre 2010, le corps sans vie d’une adolescente est retrouvé près de la Deûle enneigée, dans d’étranges conditions. Cheveux scalpés, habillée mais sans sous-vêtements, un billet de vingt euros dans la main, tout prête à croire qu’il s’agit d’un crime sexuel. Véronique De Smet, commissaire chargée de l’affaire semble piétiner, les meurtres s'enchaînent et l’enquête est au plus bas. Pourtant, un revirement de situation permettra à Véronique de mettre la main sur le présumé meurtrier, un trentenaire qui semble être le coupable idéal. Mais, l’est-il vraiment ? Aidée de l’inspecteur Bernier, Véronique réalisera un travail de fond, sur l’enquête et sur elle-même, pour démêler cette affaire, où rien ne semble être ce qu’il parait...


Mon avis


Fin novembre 2010, la ville de Lille est enneigée, Véronique De Smet, commissaire de police, reçoit un appel de l'inspecteur Bernier. Une jeune fille à peine âgée d'une quinzaine d'années est retrouvée morte non loin de la Deûle. Un seul indice y figure sur le lieu du crime, un billet de vingt euros dont le mot DÉLIVRANCE est inscrit en rouge.
Pour le commissaire De Smet et l'inspecteur Bernier, l'enquête va s'avérer difficile faute de preuves et d'indices.

" On lui a scalpé  les cheveux à grands coups de ciseaux, comme vous pouvez vous-même le constater.
Il désigne d'un coup de menton, le crâne saccagé de l'adolescente, auréolé d'une énorme touffe de cheveux. "

En parallèle, on suit l'histoire d' Elise Louvage, une psychologue de renommée. Madame Malaire, à cause d'un souci de santé demande à Elise de s'occuper du dossier d'un patient, Monsieur Benjamin Morel. Il est très fragile et perturbé psychologiquement.

D'autres cadavres seront retrouvés au même endroit avec le même modus operandi.

Lille est ainsi en danger, le meurtrier a de nouveau frappé. Quelle est la véritable identité du tueur? L'enquête piétine, demeure inexploitable pour la police. Tout ne sera pas aussi simple dans cette affaire...

Dans " Le silence des aveux", l'auteure Amélie De Lima, décrit et développe longuement chacun des personnages par le biais de flash back. L'auteure aime surtout faire ressentir aux lecteurs leurs émotions.
Oubliant  parfois l'ambiance voire l'intrigue, Amélie De Lima se glisse avec perfection  dans la peau de ces protagonistes.
Quelques longueurs subsistent à la lecture de ce roman pouvant alourdir le récit et l'intérêt de l'intrigue.

Mais même si ce roman est un gros pavé, je ne me suis point ennuyée car je voulais savoir à tout prix le dénouement final.

Les protagonistes sont bien campés et attachants.
Quelques imperfections dans l'écriture sont encore à noter mais il faut souligner que c'est un premier roman que l'auteure écrit et je sens qu'elle a un potentiel énorme.

Quant à la fin c'est inattendu et plutôt bien trouvé!
" Le silence des aveux" n'est pas qu' un thriller car Amélie De Lima s'appuie davantage sur les maux des personnages.

Malgré quelques failles dans ce roman, j'ai hâte de suivre la plume de cette auteure et de voir ce qu'elle va nous proposer par la suite.


Bande son



L'auteure



Originaire de Lille, actuellement expatriée à Barcelone elle est rédactrice web et formatrice en entreprise. Elle toujours été passionnée par la lecture et l’écriture, raison pour laquelle, elle s'est plongée dans les études littéraires.

Elle écrit depuis l’âge de 10 ans, en commençant par des nouvelles policières, fantastiques et des poèmes. Il y a près d’un an et demi, Amélie a décidé d’écrire (enfin) son premier roman auto-édité qui se déroule à Lille, dans un esprit sombre et nordique.

Son premier roman est un thriller psychologique qui s’intitule LE SILENCE DES AVEUX.

Sa page facebook:

Son site web:




jeudi 13 juillet 2017

Patricia Hespel: " La fille derrière la porte"


Editions Les nouveaux auteurs
328 pages


4 ème de couverture



Deux jeunes femmes, deux destins. D'un côté, Emmy, une jeune femme dépressive, fragilisée par les aléas de la vie et, de l'autre, sa voisine, Léna, une battante sûre d'elle qui va vite tenir la première sous son emprise et lui proposer un pacte singulier. Au fil des mois et de cette amitié atypique, un pacte venimeux et addictif s'articule autour de leur longue descente aux Enfers...

La gagnante du Prix du Suspense Psychologique 2017 présidé par Franck Thilliez.


Mon avis


Emmy Delcourt est une femme dépressive; quittée par son mari, Etienne, et ne voyant plus ses deux enfants, Maxime et Clara, elle se laisse aller et ne mange plus. Souffrant énormément de l'absence de ces chérubins, Emmy sombre à vue d’œil.

" Emmy continue de conjuguer ses journées à l’infinitif: somnoler encore; lire un peu; pleurer parfois; attendre; attendre encore. Un miracle. "

Un jour elle rencontre une voisine prénommée Léna, une jolie fille sportive et souriante. Cette rencontre va totalement la changer; elle se confie à elle et livre sa vie. En totale confiance, Léna va lui proposer un pacte afin de la sortir de sa solitude.

" Le plus troublant, c'est son assurance, la curiosité presque insolente avec laquelle elle s'autorise à la dévisager. "

" Tout est affaire de choix: raconter ou te taire, saisir une perche ou la repousser, rester à terre ou te relever. "

Emmy va également connaitre par la même occasion Magnus, un jeune homme que la vie a détruit.
Au fur et à mesure de leur relation, Emmy va se rendre compte que l'amitié de Léna est douteuse voire dangereuse...

jeudi 6 juillet 2017

Arno Strobel: " Enterrées vivantes"



Editions L'archipel
308 pages



4 ème de couverture



Quand elle ouvre les yeux, rien. Le noir total. Si elle essaie de bouger, elle se cogne de tous côtés contre une paroi. Elle se sait prise au piège. Enfermée dans un cercueil, d’où personne ne peut l’entendre crier.
Quand Eva se réveille, elle comprend qu’il s’agissait d’un cauchemar. Mais le soulagement n’est que de courte durée : elle remarque sur son corps des traces de coups, comme si elle avait réellement été molestée ou qu’elle s’était débattue.
Au même moment, à Cologne, la police découvre le corps d’une femme enterrée vivante dans un cercueil… qui n’est autre que la demi-sœur d’Eva. Pour Eva, c’est certain : il ne s’agit pas d’une simple coïncidence. Aussi préfère-t-elle ne pas en parler aux enquêteurs.
Quand, peu de temps après, le cadavre d’une autre femme est retrouvé dans les mêmes conditions, le commissaire Menkhof souhaite d’urgence interroger Eva. Mais celle-ci s’est volatilisée juste après avoir consulté son psy…



Mon avis


Un conseil avant de commencer: il vaut mieux ne pas être claustrophobe car sérieusement vous allez suffoquer à chaque instant!

On suit d'abord deux histoires qui vont par la suite se rejoindre. Eva Rossbach est une riche propriétaire de l'industrie Rossbach spécialisée dans le génie mécanique. Suite au décès de son père et à cause de quelques soucis médicaux, c'est l'associé de son père nommé Hubert Wiebking qui dirige en partie l'entreprise.

Eva fait de véritables cauchemars; elle rêve qu'elle est enfermée dans un cercueil et personne ne peut l'entendre. Au réveil des marques et des coups sur son corps apparaissent...

En parallèle un cadavre de femme est retrouvé dans une forêt près de Cologne. La police arrive sur les lieux et le corps de cette dame a été enterré vivant dans un cercueil.

" Ce matin-là, le cadavre d'une femme avait été retrouvé en position fœtale dans un cercueil de fortune fabriqué à partir de planches grossières. La victime était nue, couverte de blessures, et avait des éclats de bois de différentes tailles fichés dans les coudes, les genoux et les poignets. "

En lisant les journaux, Eva se sent perturbée quant à cette histoire. Les rêves ne sont pas les fruits de son imagination et elle est persuadée qu'il existe un lien entre ses rêves atroces et la mort de cette femme.

dimanche 2 juillet 2017

Damien Leban: " Résilience"

Editions Fleur Sauvage
356 pages

4 ème de couverture


Sur la tempétueuse île de Vinalhaven, l'éminent truand George Karletti est torturé à mort devant sa famille. Le shérif local bâclant volontairement l'enquête, ses deux adjoints reprennent discrètement l'investigation.

Entre chasse à l'homme, pression de la mafia et influences politiques, l'archipel maudit est alors mis à feu et à sang...

Après "Le sanctuaire d'Ombos" (Prix VSD du polar) et "Les héritiers des ténèbres", Damien Leban revient en force avec cette sombre pépite hantée de scènes... pétrifiantes.


Mon avis 


"Résilience" de Damien Leban est un mot à la mode, parfois galvaudé. Dans ce roman, l'auteur frappe fort en donnant sa définition du terme en question. Je ne peux pas trop parler de l'histoire sans en dévoiler les points importants. Simplement l'histoire se situe en grande partie sur une île, il y a des cadavres, des policiers et des méchants, beaucoup de méchants : tout pour passer un excellent moment.

Les personnages sont très bien dépeints. Ils sont nombreux mais je ne m'y suis pas perdue du tout. En effet Damien Leban sait nous montrer la psychologie des protagonistes. La relation entre les deux héros, Desmond et Finley, est décrite avec subtilité et m'a particulièrement passionnée.

Le style est un point positif de "Résilience". Les phrases sont acérées comme les motivations des individus occupant l'île de Vinalhaven sur la côte est des Etats-Unis. 

« Sa voix était neutre mais son phrasé mécanique. L’image du T-800 du film Terminator vint à l’esprit de Laureen et après analyse, elle se rendit à l’évidence : il y a bien du T-800 dans ce tueur à gage.»

vendredi 23 juin 2017

Sandra Martineau: " Dernière escale"

Editions Lajouanie
312 pages


4 ème de couverture 



Richard, ex-footballeur pro dont la carrière a pris fin après de multiples scandales, embarque avec femme et enfants sur le Cruise Constantino pour une croisière d'une semaine. C'est le voyage de la dernière chance pour renouer avec son épouse de plus en plus distante, renouer avec son fils, un ado grincheux et profiter enfin de la petite dernière, seul membre de la famille bien disposée à son égard. L'ex-star du Barça, encore auréolée de son prestige, est accueillie en VIP. Les passagères lui font les yeux doux, un journaliste le poursuit pour tenter de décrocher un ou deux scoops, le commandant le reçoit, la voyante du bord l'intrigue... Bref, la croisière ne demande qu'à s'amuser, mais l'ex-joueur, obnubilé par le souvenir de l'enlèvement de sa soeur, n'a qu'une obsession, sur-protéger sa très jeune fille, proie idéale selon lui pour les prédateurs de tout poils gravitant dans les coursives. Quand un détective, interloqué par ses agissements paranoïaques et ses réactions incohérentes vient proposer ses services à ce père anxieux, l'angoisse va croissante. Chaque escale apportant par ailleurs son lot d'événements plus inquiétants les uns que les autres. Le paquebot débarquera-t-il autant de passagers qu'il en a embarqué ?


Mon avis 



Dans la série « Roman policier mais pas que… » de chez Lajouanie, le livre de Sandra Martineau « Dernière escale » a tout à fait sa place. L’auteur nous embarque dans une croisière qui, à priori, n’a rien de dangereuse. Pourtant Richard, un ex-footballeur, son épouse et ses enfants ne vont pas être déçus de voyage. Sa famille est peut-être l’enjeu de ce périple…

« L’idée de me retrouver au beau milieu des eaux ne me rassure pas, mais je n’ai pas le choix. C’est le voyage de la dernière chance, comme me l’a présenté Suzanne, ma femme. Une dernière tentative pour tenter de sauver ce qu’elle appelle notre cohabitation. »

Sandra Martineau a le sens de la description lapidaire. L’action elle-même est quasi chirurgicale. L’auteur ne perd pas de temps et quand il y a des éléments qui semblent incongrus, méfiance, ils vont revenir au plus mauvais moment pour les protagonistes.

Ainsi Sandra Martineau sait bien noyer le poisson grâce à une galerie de personnages dont on finit par se défier. On passe ainsi des moments de plaisance aussitôt perturbés par les événements troublants. La tempête menace !
J’ai donc été passagère de cette croisière pas trop pacifique en suivant le roulis imposé par l’auteur.

mardi 13 juin 2017

Pierre Gaulon: " La brûlure des anges"


Editions Fleur Sauvage
240 pages


4 ème de couverture


Une étudiante, sauvée d'une tentative de viol.
Un protecteur providentiel, dont elle n'a vu qu'une cicatrice.
Dans une région caniculaire dévastée par les incendies, la jeune femme, aidée d'un journaliste, fera tout pour retrouver son sauveur.
Mais cette enquête la conduira aux plus profonds paradoxes de l’âme humaine, entre le ciel et l’enfer.

Après La mort en rouge, Noir Ego et Enragés, Pierre Gaulon signe un superbe thriller, aussi sombre qu'inquiétant...


Mon avis


J'ai découvert Pierre Gaulon en lisant " La mort en rouge" qui est un thriller historique où le suspense tenaille le lecteur.

Dans " La brûlure des anges", l'auteur offre une touche de fantastique; Louise échappe de peu à un viol dans les rue à Aix en Provence. " Un super héros" la sauve in extremis et repart aussitôt...
Quentin qui s'occupe d'un journal, s'intéresse de très près cette affaire et décide d'en savoir plus en collaborant avec la victime qu'est Louise. Ils forment tous les deux un duo hors pair.

J'aime quand un auteur masculin se met dans la peau d'un personnage féminin car il retranscrit parfaitement les émotions féminines et dans ce récit il arrive avec intensité à m'émouvoir voire me toucher au plus profond de mon être. Comment ne pas connaître la peur et surtout la détresse de Louise face à cette agression?

Au fil des pages, je me suis demandée quelle peut bien être l'identité de cet ange gardien? Un seul indice; une brûlure sur l'avant bras du héros. Le suspense est maintenu tout au long du roman.


" Ses yeux gonflés par les pleurs étaient dilatés d’épouvante. Tout était arrivé si rapidement.... En quelques secondes, sa vie avait basculé, aurait pu basculer sans l'intervention miraculeuse de son providentiel protecteur. Elle se tourna vers lui, mais il fit volte-face et s'enfuit dans la direction opposée. "

vendredi 9 juin 2017

Nicolas Lebel: La chronique de Yannick Dubart " De cauchemar et de feu"

Editions Marabout
416 pages



Pour changer un peu les habitudes sur la blogosphère, je laisse la plume à Yannick Dubart étant une grande admiratrice de Nicolas Lebel. Heureuse de t'accueillir!



4 ème de couverture


Paris, jeudi 24 mars 2016  : à quelques jours du dimanche de Pâques, le cadavre d’un homme d’une soixantaine d’années est retrouvé dans un pub parisien, une balle dans chaque genou, une troisième dans le front.
À l’autopsie, on découvre sur son corps une fresque d’entrelacs celtiques et de slogans nationalistes nord-irlandais. Trois lettres barrent ses épaules  : IRA.
Le capitaine Mehrlicht fait la grimace. Enquêter sur un groupe terroriste irlandais en plein état d’urgence ne va pas être une partie de plaisir. D’autant que ce conflit irlandais remonte un peu.

Dans ce quatrième opus, Nicolas Lebel nous entraîne sur la piste d’un un assassin pyromane, un monstre né dans les années 70 de la violence des affrontements en Irlande du Nord, qui sème incendie, chaos et mort dans son sillage, et revient aujourd’hui rallumer les feux de la discorde à travers la capitale.




L' avis de Yannick Dubart




Je remercie Delphine de m'accueillir dans sa part de blogosphère. C'est rare car c'est pour un auteur exceptionnel. Un de mes préférés. Je veux citer Nicolas Lebel dont Je suis une lectrice fidèle.

En fait cette aventure a commencé de façon anecdotique. Je débutais sur Facebook et j'ai eu l'occasion alors de participer à un concours... Donner un titre à un ouvrage d’après la couverture d’un roman : une main tenant une allumette.

L’auteur en était Nicolas Lebel. Et j'ai gagné. Depuis je me suis intéressée de loin à ce monsieur. Et au salon de Lens je suis tombée sur lui. J'arrive donc à son stand, timidement, dans mes petits souliers. Je le regarde et je dis "A bout de soufre" le titre que j’avais inventé... Et là il me cite tout de go mon prénom. Si ça ce n'est pas un mec super ! Par la suite je l'ai lu et je me suis dit que c'était aussi un auteur génial. Je ne peux plus décrocher depuis. Et maintenant grâce à Delphine je peux lui faire une déclaration littéraire.

Son quatrième opus « De cauchemar et de feu » ne déroge pas au savoir-faire de Nicolas Lebel. Quand on en arrive à mener à bien une quatrième histoire avec les mêmes personnages, il faut du souffle. Mission accomplie ! J’ai donc retrouvé le capitaine Mehrlicht et son équipe d’enquêteurs avec grand plaisir. Les mêmes ingrédients lebeliens sont au début du roman agrémentés de nouveautés qui ravivent le feu de l’action puisque feu il y a dans ce roman.

«La bouche de Reinier s’ouvrit malgré elle. La comparaison avec la grenouille était flatteuse. La rainette à laquelle on associait le petit capitaine de police avait dû agoniser de longues heures sous un soleil de plomb avant de passer sous une roue de camion. Puis d’être mâchée par un renard… Ce type était au mieux un zombi de grenouille. »

Voyons d’abord les points positifs pouvant donner envie de le lire. Bon, j’ai du réduire la liste car je ne suis pas dans ce blog pour écrire un livre.

D’abord le style, inimitable. L’auteur a une écriture directe mais recherchée. Les mots font mouche tout en conservant un haut niveau d’érudition. Ce n’est jamais lourd, c’est vif et fin comme l’homme que j’ai rencontré dans les salons.

jeudi 8 juin 2017

Ivan Zinberg: " Miroir obscur"


Editions Critic
365 pages


4 ème de couverture



Au cœur des beaux quartiers de Los Angeles, le corps d'un gynécologue est retrouvé criblé de balles, le chiffre 1 gravé sur le front. Premier meurtre d’une longue série. Quand le tueur s’en prend aussi à des célébrités, les médias se déchaînent.
Le paparazzi Michael Singer se voit impliqué dans l’affaire – suspecté, même. Sa carte de visite, telle une signature, est découverte près des victimes.
Quel but poursuit le tueur ? Et pourquoi cherche-t-il à le mettre en cause ?
Bien décidé à faire justice lui-même, le journaliste, épaulé par une ancienne policière, se lance aux trousses de l’assassin.


Mon avis 


Après avoir lu " Etoile morte", je me suis empressée de lire le dernier roman de Ivan Zinberg " Miroir obscur".
On retrouve les mêmes personnages principalement le paparazzi, Mike Singer.
Ce reporter décide d'être un peu plus sage et propose de faire un reportage sur les réseaux de la drogue en interviewant une femme, une ex droguée. Elle lui raconte ses déboires mais aussi ses dangers face à cette drogue.
Une fois l'enregistrement fait, Mike essaie de peaufiner ce dernier avec l'aide d'Alison Kostas, une ancienne policière.
Mais dès qu'il rentre chez lui, des policiers l'attendent et veulent des renseignements sur sa soirée.
Un chirurgien a été assassiné et sur son front est gravé un chiffre . Un indice est resté auprès du cadavre, il s'agit de la carte de visite de Michael Singer. 
Il semblerait que notre paparazzi soit tombé dans une salle affaire et de ce fait il est suspecté de meurtre.

" Depuis ses débuts aux côtés de Singer, six mois plus tôt, Alison donnait l'impression de démarrer une autre existence. Ancienne policière dévouée corps et âme aux forces de l'ordre pendant des années, elle s'accordait désormais du temps pour elle...
Les flics sont là. Ils veulent interroger sur une enquête en cours. Rappelle-moi. "

Mais heureusement son reportage sur cette femme droguée, Marbella Jones, le sauve des griffes des policiers.
D'autres crimes vont se succéder avec toujours le même mode opératoire.
De ce fait Mike se voit contraindre de résoudre cette affaire et de prouver son innocence avec l'aide d' Alison Kostas.
Pourquoi mettre en péril la vie de Mike?
Comment va-t-il faire pour sauver avant tout sa peau?

mercredi 31 mai 2017

Frank Klarczyk: " Interview"


Voici une interview de Frank Klarczyk, auteur des romans de " Mort point final" et de Sanglante vérité". Il me reste à lire les Crocs de la Corrèze.


1- Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Cinéphile depuis toujours, j'aurai bien aimé travailler dans le cinéma. Puis j'ai voulu être professeur, mais me suis fait 'embarqué' par la police. Finalement je me suis raccroché au côté social du travail, le service du public tout bonnement (il y en a des flics comme ça!)
L'écriture permet aussi ce contact avec les gens que j'ai toujours aimé. Elle permet l'évasion mais débouche sur l'échange avec les autres. Le premier réseau social de l'humanité, avec la parole, finalement.


2- Comment t'est venue l’idée d’écrire?

Le cinéma, là encore. Mon premier manuscrit est un scénario, une comédie policière (j'ai 400 pages prêtes à être tournées, si cela intéresse quelqu'un ?...) En écrivant ce scénario vers 17 ans, j'ai constaté que j'aimais inventer et raconter des histoires. Mon imagination fait le reste.


3- Quels sont tes auteurs préférés ?

Difficile à dire. Il y en a plusieurs. Ado j'ai lu du King et l'on me dit que cela se sent. A cet âge là, j'ai aussi été marqué par le livre de Pierre Boulle 'La planète des singes'. Depuis pas mal d'années, je ne lis pratiquement que du policier, du thriller. Après Franck Thilliez, Maxime Chattam, Jean Christophe Grangé, Michael Connely, Dennis Lehane j'apprécie Claire Favan, Karine Giebel, Bernard Minier,... et il y en a tant d'autres à lire et à découvrir.


4- Quel est ton film préféré ?

Idem, c'est très difficile à dire. Mes goûts étant très hétéroclites. J'ai un goût certain pour le fantastique. Je suis des années Spielberg : E.T, Retour vers le futur, Gremlins, L'aventure intérieure, Indiana Jones. Puis avec le temps, un goût plus prononcé pour les thrillers, là aussi : Usual suspects, Le silence des agneaux, L'armée des 12 singes, Le sixième sens, Prisoners, Seven,...


5- Etant policier est-ce plus facile pour toi de trouver l'inspiration pour écrire un roman?

Cela aide forcément pour l'écriture de romans policiers. Il y a des scènes d'action, de tension ou tout simplement, surprenantes, qui viennent directement de mon vécu ou de celui de collègues à moi, mais mon inspiration ne vient pas que de là. J'ai des idées qui naissent dans la tête. Pour le moment j'ai creusé certaines d'entre elles pour en faire des scénarios policiers, mais j'ai aussi du fantastique en magasin. L'intention d'écrire aussi, un jour, la biographie de mon père...


6- Comment as tu trouvé ton sujet pour écrire Mort point final? 

Paradoxalement, c'est une histoire de harcèlement scolaire qui a donné naissance à cette histoire. Au départ, j'étais remonté contre un groupe de gamins qui en avaient harcelé un autre. Je voulais m'en prendre à eux et, cela a dégénéré... L'idée du prof excédé, le rapprochement avec 'Marche ou crève', puis finalement je défends la cause des enseignants, parmi lesquels j'ai plusieurs amis. Souvent la cause des policiers n'est pas très éloignée.


7- Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?

Le cinéma. Je t'embête avec ça, hein ! Cela reste un rêve pour moi. Et c'est bien d'avoir des rêves, même si avec l'âge, il est de plus en plus difficile de les garder. Mais je mets un point d'honneur à le garder celui-là. Et comme l'écriture d'une histoire est la genèse d'un film, cela me rapproche un peu de ma passion première.
Dernièrement je suis allé voir 'La la land', deux fois. La réalisation de ses rêves, à force de s'y accrocher, au prix de sacrifices, avec le dynamisme de la musique en plus, ce film me parle !...


8- Prépares-tu déjà ton prochain roman ? 

J'ai une bonne idée de départ autour de laquelle se monte doucement une intrigue. Mais je n'en suis qu'aux prémices. Ce sera encore une intrigue policière, mais plus classique cette fois-ci, avec moins de cadavres. Je trouve le sujet de départ tellement intéressant et original, qu'il faut que je l'exploite absolument, avec une intrigue qui soit à la hauteur.


9- Libre à toi de conclure cette interview.

Cinéma !
Je rigole. Quoique l'on pourrait faire une nouvelle version, plus gore, de 'La journée de la jupe' avec 'Mort - Point final'. Sans vouloir rabaisser ce film avec Adjani, du tout, il est vrai que l'adaptation de l'un de mes romans serait une consécration pour moi, mais pas un 'point final', surtout pas !


mardi 30 mai 2017

Ivan Zinberg: " Etoile morte"

Editions Le cercle points
528 pages

4 ème de couverture



Michael Singer, paparazzi à Los Angeles, apprend que la célèbre présentatrice Naomi Jenkins a été droguée, violée et kidnappée. Tandis que son intuition le mène dans le monde de la pornographie underground, le corps émasculé d’un riche homme d’affaires est retrouvé par les inspecteurs Sean Madden et Carlos Gómez. Deux enquêtes pour un même suspect ?

« Un auteur sur lequel il va falloir compter. »
20 Minutes


Mon avis


" Etoile morte" est un thriller abordant des thèmes assez délicats tels que le monde de la pornographie et du viol.
Ces derniers peuvent heurter voire choquer plus d'un lecteur. Mais l'auteur, Ivan Zinberg parvient à en parler sereinement sans tomber dans la vulgarité. L'histoire qui en découle est prenante et assez saisissante. L'intrigue est de haute voltige et dangereuse pour les protagonistes. 
Au Luxe City Center, une femme de ménage découvre avec frayeur un cadavre sauvagement abattu, mutilé; on saura plus tard son identité, Paul Gamble.

" On observe de nombreuses lésions au niveau de l'abdomen, des cuisses et des parties génitales. Le tueur s'est acharné à l'arme blanche sur ces régions. Il y a au moins une soixantaine de plaies perforantes. "

L'inspecteur Sean Madden et Carlos Gómez enquêtent sur la mort de ce dernier. Cette affaire de la chambre 612 va s'avérer délicate car Paul Gamble aurait des activités sexuelles très chaudes.
En parallèle, le lecteur suit un paparazzi privé prénommé Michael Singer friand des grandes vedettes américaines. On lui confie un dossier et principalement celui d'une présentatrice télé, Naomi Jenkins retrouvée  violée, droguée et kidnappée.

dimanche 28 mai 2017

Cecilia Samartin: " Nora ou le paradis perdu"

Editions Archipoche
480 pages


4 ème de couverture



Cuba, 1956. Nora et Alicia, deux cousines très proches et complices, vivent une enfance heureuse et insouciante.
Mais la révolution éclate, et Fidel Castro accède au pouvoir. Un climat de peur, nourri par la répression, s’installe peu à peu. Nora émigre alors aux États-Unis, laissant Alicia derrière elle, qui s’apprête à vivre des heures sombres à La Havane.
Tandis que Nora, bien nostalgique de son pays natal, s’accommode peu à peu de cet environnement nouveau, Alicia subit les coups durs, dans un Cuba où la situation se détériore. Grâce aux lettres qu’elles continuent d’échanger, Nora comprend que la vie d’Alicia est devenu un enfer. Elle décide alors de retourner à la Havane pour lui venir en aide.
Mais ce qu’elle va découvrir à Cuba est bien loin de tout ce qu’elle pouvait imaginer…


Mon avis



"Nora ou le paradis perdu" de Cecilia Samartin porte bien son titre. Tout au long de ce roman, j'ai été submergée d'émotions et surtout d'un parfum de nostalgie. 

"Mais n'oublie jamais, Nora, n'oublie jamais le Cuba que nous avons connu et dis-le à Lucinda et à tes enfants avant même qu'ils aient l'âge de comprendre, pour que Cuba fasse partie d'eux comme il fait partie de nous."

L’histoire commence à Cuba en 1956. On suit le lien entre Nora et Alicia, deux cousines. Ce lien est mis à rude épreuve avec l’arrivée de Castro. Elles tentent pourtant de rester en relation alors que l’une est partie se réfugier aux Etats-Unis et l’autre est restée dans leur beau pays natal. Les événements historiques bousculent la vie de ces deux cousines. Mais c’est surtout Nora qui raconte…

Les relations épistolaires ponctuelles sont un bon moyen de suivre la vie des deux jeunes filles séparées. De plus ce procédé permet de gagner beaucoup de temps dans la narration. Il faut savoir que ce livre est un pavé de 471 pages. Une fois plongée dedans, je me suis noyée avec plaisir dans la beauté d’un pays agressé et abimé par la folie d’un homme.

" Je n’avais plus besoin de lire les mots : je les savais pas cœur. Au lieu de cela ; j’étudiais l’écriture d’Alicia et je sentais la douleur dans chaque courbe de la ligne, dans chaque avancée ténue de la plume. Bien que séparées par des milliers de kilomètres, nous étions de nouveau réunies et notre connivence était plus forte que jamais. "

Je suis vite tombée sous le charme de Nora et Alicia. Les voir devenir des femmes est très prenant. La plume traduite par Colette Joyeux n’est jamais simpliste. Certes, il y a du romantisme dans ce roman mais Cecilia Samartin ne se laisse pas aller à peindre ses personnages à l’eau de rose. La violence, la peur et la mort sont très présents sans indulgence.

samedi 27 mai 2017

Roz Nay: " Notre petit secret"


Editions Hugo & Cie
270 pages

4 ème de couverture



Angela est interrogée par la police : la femme de son ex petit ami a disparu, et l’inspecteur Novak est persuadé qu’elle en sait davantage qu’elle ne veut bien le dire. Alors, encouragée par Novak, Angela va raconter son histoire. Une histoire qui commence dix ans plus tôt, au lycée de Cove, dans le Vermont, par sa rencontre avec HP, en qui elle reconnaît son âme soeur. Mais le récit d’Angela va révéler un sombre écheveau de trahisons et de pulsions destructrices, au coeur d’un troublant triangle amoureux.


Mon avis


" Notre petit secret" a reçu le prix Douglas Kennedy du meilleur thriller étranger.
Après plusieurs déménagements, les parents d' Angela Petit Jean décident enfin de s'installer dans l' Est des États-Unis, dans le Vermont.
Angela rentre ainsi au lycée de Cove, difficile de s'intégrer dans un nouvel établissement quand on est nouvelle mais peu à peu elle fait la connaissance de HP, un homme séduisant et sportif. L'amour plane au dessus de la tête de Petit Jean.

Dans " Notre petit secret", l'auteure raconte avant tout l' histoire d' Angela dix ans avant et après au moment où elle se retrouve dans une salle d' interrogatoire avec l'inspecteur Novak à l'âge de 26 ans.
Roz Nay aime balader le lecteur, le mettant sans cesse en doute sur ce qu'il va  se passer.
L'inspecteur Novak est persuadé qu' Angela est loin d'être innocente dans la disparition de Saskia, la femme de son ex petit ami. Mais Angela essaie de dissuader l'inspecteur en racontant sa vie depuis qu'elle habite dans le Vermont.

" - Bon, parce ce vous ne devriez rien écarter. Vous ne savez pas de quoi les gens sont capables. "

La chose surprenante dans ce thriller est la construction de l'intrigue. Au début le lecteur ne sait pas pourquoi Angela est arrêtée mais c'est au fur et mesure de l'histoire que tout se dévoile. Quand on parle de thriller on pense au meurtre, à l'hémoglobine dans " Notre petit secret" il n'en est rien; Roz Nay joue aisément avec ses personnages les mettant sans cesse en désaccord. C'est un véritable jeu du chat et de la souris. Angela tente d'échapper inoxerablement aux questions de l'inspecteur Novak.

" J'ai lu quelque part que dans le jeu du chat et de la souris, la seule façon de gagner pour la souris est de se jeter volontairement dans la gueule du chat. J'y pense souvent. La futilité nous regarde droit dans les yeux. Nous devrions simplement cesser de courir. "

mercredi 24 mai 2017

Frank Klarczyk: " Mort point final"

Editions Lucien Souny
192 pages

4 ème de couverture



Dans un commissariat de la banlieue parisienne, Paul Catard est interrogé par le capitaine Vigeois. On vient de retrouver l’homme bâillonné et menotté dans la chambre de sa petite amie. La situation prêterait à sourire si la petite amie n’était pas Mélanie Vasseur, lieutenant de police travaillant dans l’équipe de Vigeois. La surprise est d’autant plus grande lorsque Catard dévoile que Mélanie a survécu à une innommable tragédie qui s’est déroulée dans un lycée de province, quelques années auparavant. Souffrant de violents traumatismes psychologiques, elle a pourtant réussi à intégrer la police et, encore mieux, à cacher son passé. Vigeois et ses hommes se questionnent encore sur la véracité de ces révélations quand ils sont appelés en renfort au parc de la Légion d’honneur de Saint-Denis, où un attentat se prépare. Le temps est compté, et la police n’a plus le droit à l’erreur ! L’angoisse, le drame, le suspense saisissent le lecteur là où il ne les attendait pas.


Mon avis


Une journée qui pourrait se dérouler normalement pour les élèves de seconde C, mais le professeur de français, Mr Bernard en a décidé autrement. En verrouillant la salle G3, il commet l'irréparable et prend en otage les élèves.
Mr Bernard donne ordre de continuer le cours en obligeant les lycéens à écrire une dictée extrait de l'oeuvre de " la Divine Comédie" du grand Dante Alighieri. Les élèves n'ont pas le droit à l'erreur; une faute est un avertissement et une deuxième erreur sera une sanction définitive! Comment ne pas obéir devant un tel dilemme? Leur vie ne tient qu'à un seul fil et le professeur le fait savoir en racontant la scène du livre de " Marche ou crève" de Stephen King. Ce n'est qu'une partie du livre que je vous décris, la suite est encore plus angoissante. Un homme retrouvé menotté, Mr Catard raconte non pas son histoire mais celle de Mélanie Vasseur, une fille traumatisée par son professeur de français...

" La majeure partie des lycéens se mirent à écrire, d'autres firent mine de rédiger, se demandant encore si tout cela était réel. Peut être que le canular allait soudainement prendre fin et que Cindy et Bertrand allaient se relever en riant de la blague qu'ils venaient de faire à leurs camarades. "

lundi 22 mai 2017

Marc Welinski: " Le syndrome de Croyde 2"


Editions Daphnis et Chloé
384 pages


4 ème de couverture



Dans la petite bourgade de Chamonville, Albane, une petite fille de 9 ans, est décédée à la suite d’une chute dans l’escalier de l’école. Tout le village est en émoi. Si pour la gendarmerie l’accident ne fait aucun doute, le directeur de l’école est persuadé que la petite a été poussée. Puis d’autres décès "accidentels" surviennent. Les soupçons de la population se portent alors vers le camp de migrants qui s’est installé dans la forêt voisine. Mais ne s’agirait il pas d’une nouvelle manifestation du syndrome de Croyde, cette pathologie inexpliquée capable de transformer les individus les plus normaux en criminels à sang froid ?


Mon avis



Marc Welinski dans "Le syndrome de Croyde 2" raconte l'histoire d'une petite bourgade à qui il arrive des malheurs ; une petite fille, Albane, meurt à la suite d'une chute dans l'escalier de l'école. Ainsi des personnages vont affronter l’horreur. Mais l'affaire n'est pas si simple. La psychologie va s’immiscer dans la maille des doutes et de la suspicion.

J'ai apprécié la succession des narrateurs qui donne une vision plus globale de l'histoire. Ainsi cela semble très original. Pourtant, cela m'a désorientée.

Je déplore la place trop importante à mon goût, donnée aux dialogues, certes bien menés, mais ne permettant pas une profondeur littéraire.

L’intrigue concernant un mystérieux syndrome est assez prenante, elle a cependant tendance à mollir dans la deuxième partie du roman. Je me suis demandé où l'auteur voulait en venir. Ainsi, je me suis prise au jeu et j'avais envie d'en savoir plus sur les différents crimes et la véritable personnalité de chaque protagoniste.
Hélas, la fin ne m'a pas apportée suffisamment de réponses. Mais suis-je peut-être trop exigeante!

jeudi 18 mai 2017

Carolina De Robertis: " Les Dieux du tango"


Editions Cherche Midi
504 pages



4 ème de couverture



« Aussi évocateur et ensorcelant que le tango lui-même. » (Library Journal)


Février 1913. Leda a dix-sept ans. Elle quitte son petit village italien pour rejoindre en Argentine son cousin Dante, qu’elle vient d’épouser. Dans ses maigres bagages, le précieux violon de son père.

Mais à son arrivée, Dante est mort. Buenos Aires n’est pas un lieu pour une jeune femme seule, de surcroît veuve et sans ressources : elle doit rentrer en Italie. Pourtant, quelque chose la retient… Leda brûle d’envie de découvrir ce nouveau monde et la musique qui fait bouillonner les quartiers chauds de la ville, le tango, l’envoûte. Passionnée par ce violon interdit aux femmes, Leda décide de prendre son destin en main. Un soir, vêtue du costume de son mari, elle part, invisible, à travers la ville.
Elle s’immerge dans le monde de la nuit, le monde du tango. Elle s’engage tout entière dans un voyage qui la mènera au bout de sa condition de femme, de son art, de la passion sous toutes ses formes, de son histoire meurtrie. Un voyage au bout d’elle-même.

Carolina De Robertis signe avec ce roman un texte d’une grande sensualité, une ode à la liberté, à la passion, à la vie. Pour accompagner la destinée de ces personnages sublimes et poignants, le tango, omniprésent, résonne à chaque page. Plus qu’un roman, ce texte est aussi un témoignage captivant sur la Buenos Aires du début du XXe siècle, et un document rare sur la naissance du tango.



Mon avis



"Les dieux du tango" de Carolina De Robertis est une pure merveille. De la littérature blanche de grande qualité. L’histoire commence en 1913 avec l'arrivée de Leda en Argentine à Buenos Aires. Elle croit y retrouver son mari mais celui-ci est mort. À partir de là elle va tenter de survivre.
Ainsi parallèlement à l'histoire du tango, l'auteur nous conte la vie d'une femme exceptionnelle : Leda!

L’intrigue virevolte à la façon d'un violon. Les 543 pages glissent comme des danseurs sur un parquet d'une salle de bal enivrante. Il y a du rythme dans ce roman. Les certitudes y volent en éclat. J’en suis encore bouleversée, renversée par l’écho du violon de Leda.

Beaucoup de sujets sont abordés sans lasser le lecteur. L’auteure est une bonne narratrice et la traduction de l'anglais (Etats-Unis) par Eva Monteilhet a su me séduire.

J'ai été émue par l'histoire de ces immigrants dont fait partie Leda. J'ai compris les affres du déracinement. Ce livre est un hymne à la tolérance alors que les problèmes migratoires sont au cœur de l’actualité.

"Combien de secrets entraient clandestinement, ce jour-là, dans le Nouveau Monde ? Elle regarda vers le dock, sous l'auvent de bois d'où lui parvenaient les rumeurs d'une foule réunie.[...] L'auvent ne portait aucun signe distinctif mais il lui semblait qu'on aurait dû y mettre une pancarte "Dernier espoir". C'était bien cela pour un si grand nombre d'entre eux. On le voyait sur leurs visages marqués par la faim. Pour quelle autre raison seraient-ils venus ?

J’ai eu l'impression de saisir les couleurs et de sentir les odeurs de l'Italie et de Buenos Aires. Carolina De Robertis est une virtuose de la sensualité.

Elle nous donne une définition du désespoir et de la résilience. Leda, son personnage principal, est à la fois forte et apeurée car elle cache un secret ! 

Articles les plus consultés